Souvenir heureux d’un séjour en Synapsie

Le week-end dernier j’ai animé pour la seconde fois le workshop « Voyage en Synapsie » avec Julie. Nous avons accompagné huit stagiaires dans le Bugey pour aller chercher un peu de poésie.

Comme à chaque workshop, je suis ému par la générosité des participants.
Comme à chaque workshop, chaque stagiaire aura réalisé des clichés uniques et fantastiques.
Comme à chaque workshop, on aura eu du mal à se dire au revoir.

Vivement le prochain voyage.

Lire la suite

Le perce-neige

Le monde ? Un désert blanc.
Drapé d’une fine et poudreuse pellicule de neige,
Il témoigne d’un millénaire sans soupir.
Des histoires sont nées ici-bas.
Des histoires ont été oubliées.

Puis.
Un fragment de néant s’était pris l’envie d’être.
Il murmura ces mots portés à la surface par le magma.
Le souffle solitaire attendait son prochain.
Une intention se devinait. Une pensée de chair.
Une envie; puis l’air.
L’ère du perce-neige.
Lire la suite

Vent solaire

Je veux m’éveiller
je veux m’illuminer
je veux m’éteindre
je veux être un souffle
je veux être une vague
je veux être un tsunami
je veux être une éruption
je veux traverser l’espace
je veux tordre le temps
je veux m’embraser
je veux brûler
je veux consumer tout l’éther de l’Univers
Puis enflammer le ciel
Me réfugier dans un murmure
N’être plus qu’un soupir, un silence
Et me rendre,
À toi.
Lire la suite

Train de vie

Le soleil caresse délicatement l’horizon.

Sa lumière est aveuglante et envahit la cabine entière.
Seul assis côté fenêtre, le front collé à la vitre, je ferme les yeux.
Des vagues écarlates traversent mes paupières.
Elles me procurent cette sensation de brume aux teintes orangées.
Je devine les arbres qui se dessinent en ombres chinoises.
Ces paysages, ces territoires, je ne les reverrai plus
Après tout, je n’avais jamais pris le temps de les regarder.
Alors je reste les yeux fermés,
Enveloppé par la chaleur réconfortante de cette brume aux teintes orangées.

Aujourd’hui, mon train arrive en gare.

Enfin ce n’est pas vraiment une gare.

On n’y trouve pas de panneau d’affichage.
On ne sait rien des heures d’arrivée.
On ne sait rien des heures de départ.

Ce n’est pas vraiment une gare.

Mais des passagers attendent.
Certains ne s’encombrent pas de bagages et feront leur premier voyage ;
D’autres attendent une correspondance, avec quelques valises à leurs pieds.

Ce n’est pas vraiment une gare.

Mais des trains s’arrêtent et repartent tous les jours.
Il y a ceux qu’on espère et qui ne viendront jamais.
Et il y a ceux qu’on n’attendait pas.

Je suis dans le dernier wagon.
Seul assis côté fenêtre, je repense au jour où je suis monté dans ce train.
Ce jour appartient à un autre été. Un été qui appartient à un autre siècle.
C’était un temps où l’on s’échangeait une autre monnaie.
Le maillot à coq n’était pas étoilé.
Les gens s’appelaient sur des téléphones qui n’étaient pas mobiles.
Les gens se donnaient des rendez-vous, et ils y allaient.

Nous nous étions donné rendez-vous.

Aujourd’hui, mon train est arrivé en gare.
Je descend. Les bagages sont lourds, la gourde est vide.

Et maintenant ?

Il est temps de changer de train ; de vie.